29 juillet 2013

Changement de plan

Suite à la chute que Denise a faite nous avons décidé de modifier quelque peu notre route pour la suite du parcours  à partir de Newton. Nous allons nous rendre à St-Louis par camion pour rattraper le temps perdu lors de la convalescence de Denise et remonter en selle à partir de là. Nous pédalerons  vers Indianapolis, Columbus, Pittsburg et Washington, D.C. Cette route, qui passe plus au nord évitera les dénivelés plus élevés du sud et permettra à Denise de récupérer et de reprendre des forces pour finir le voyage. De Washington, nous rejoindrons New-York pour ensuite remonter tranquillement vers Granby. Le voyage à vélo est rempli d'imprévus et nous devons faire preuve de flexibilité et être prêts à modifier nos plans en fonction des réalités qui surgissent au fil des jours. Alors voilà un voyage quelque peu différent de ce que nous avions planifié mais tout aussi agréable! Les grandes chaleurs de Death Valley et des parcs de l'Utah nous ont permis de réaliser que l'idée de traverser le Texas pour se rendre en Louisiane devait être repensée. Trop chaud et trop humide à ce temps de l'année. Et pour ce qui est des blessures, c'est imprévisible alors il faut prendre le temps qu'il faut pour la guérison. D'ailleurs, arrêter quelque part est la meilleure façon de vraiment faire connaissance avec les habitants des lieux. J'écrivais récemment à un de nos amis de Seattle qui voulait savoir comment nous trouvions le Kansas. Voici ma réponse:


"You wanted to know how Kansas was?  Well...it is flat...as flat as a pancake! Our memories here will not be linked to grandiose landscape! Here, it is all about people, their kindness and generosity. People saluting you when they see you riding your loaded bikes. People smiling and saying "Hi" when they see you pass by. People stopping you because they are interested to know who you are, where you are coming from and what is your story! Anonymous people paying for your meal in a restaurant and leaving the place without waiting for recognition! People in Newton who are trying to make this town the best biker stop on the TransAmerica trail. People who lend their homes to perfect strangers because they need help. People who interrupt their work day to drive you to a hospital because this became the most important event of their day. People who care about their family, their neighbors, their friends and perfect strangers!"

This accident is slowing us down, yes. But slowing down might be the only way to truly discover the soul of a country, its people!  So far, Kansas has shown us its best side through humane experience. What a sense of community we can feel here...
A few weeks ago, we were not looking foreward to crossing Kansas but today we are so glad we did!  So "Voilà"!  This is the Kansas we have been through...our experience...our vision!"

Voyager, c'est découvrir et quelque soit le chemin que l'on prenne, il y a toujours quelque chose de nouveau, quelqu'un à rencontrer. Il suffit de prendre le temps de regarder, de sourire et de saluer et un monde extraordinaire s'ouvre à vous!

Vive le voyage à vélo!

22 juillet 2013

L'accident

(English version is following French version)


Clic sur image pour voir album




Newton, Kansas:
Nous avons grandement apprécié notre séjour chez Meg et Clark, à Newton.  Cette famille est tout simplement charmante et nous avons eu des conversations passionnantes avec eux, en plus de la bonne bouffe.  Le petit campeur climatisé était un nid bien confortable.  

Clic sur image pour voir album





Nous avons pris le temps de tout nettoyer les vélos au Newton Bike Shop, en plus de faire mieux connaissance avec James, le dynamique proprio.  Lors de notre dernière soirée, nous avons assisté à un concert en plein air au Mojo’s Coffee Shop, donné par Soul Revolution, un groupe de Wichita: excellente musique et belle ambiance car il y avait «bike night» ce soir-là et plein de cyclistes étaient au rendez-vous. Newton est une ville où tous les cyclistes devraient faire étape!


L’accident:
Vendredi, 19 juillet, nous quittons Newton après un fabuleux petit déjeuner aux «pancakes» chez Meg et Clark.  Nous avons toujours un p’tit pincement au coeur de quitter un endroit aussi agréable et des gens si charmants...

Nous nous dirigeons vers Cassoday à l’est où après un lunch rapide, nous prenons un raccourci de la Transamerica Trail: une petite route de gravier nous amènera plus directement à Madison, notre destination du jour.  Les premiers kilomètres se passent bien mais peu à peu, la route devient plus difficile car le gravier est de plus en plus instable.  Pas facile de garder le vélo droit sur la route...

Denise raconte:
Clic sur image pour voir album
«Après avoir dérapé en montant une petite côte, je me suis dit: «Ça va être une longue journée...» Je me rends compte que les côtes sont de plus en plus longues et peu après, dans une descente, alors que je prends de la vitesse je perds complètement le contrôle de mon vélo et c’est la chute!  Ayayaye! Que ça fait mal!  J’ai le souffle coupé, je vois du sang partout sur mes jambes, mon bras gauche et cette douleur au flanc gauche m’inquiète.  Je me sens paniquée.  Charles accourt près de moi et je lui dis de rincer les plaies au plus vite avec de l’eau.  Je vois mon genou gauche profondément lacéré, mon bras gauche est en sang et tout enflé!  J’ai mal, j’ai peur».  

Clic sur image pour voir album
«Nous étions seuls sur cette route depuis un bon moment mais à peine quelques minutes après l’accident, 2 camionnettes s’arrêtent.  Les conducteurs m’aident à me relever tant bien que mal.  L’un d’eux offre de nous amener à l’hôpital le plus proche.  On m’installe dans le camion pendant que les autres chargent les vélos et les bagages à l’arrière. Eldorado, la ville la plus proche est tout de même à environ 30 minutes!  Et il y a des travaux qui retardent la circulation.  Laissez moi vous dire que ça été les plus longues 30 minutes de ma vie!  La douleur est intense, surtout au genou, mais ce qui m’inquiète le plus, c’est cette douleur à l’abdomen et je me sens terriblement faible.

Arrivés à l’hôpital, on me prend vite en charge et on me radiographie un peu partout, puis c’est le scan de la tête et de l’abdomen.  Enfin, on me donne des analgésiques pour la douleur.  On me dit ensuite qu’il n’y a aucune fracture mais après quelques minutes, le médecin revient et m’annonce que le scan de l’abdomen démontre un saignement à l’estomac et qu’il vaut mieux me transférer dans un centre de traumatologie à Wichita car cela va nécessiter une opération d’urgence!  Vlan!   Quelle nouvelle!  J’ai la peur de ma vie!  L’infirmière en moi sait bien que c’est extrêmement sérieux!»

Clic sur image pour voir album
«En moins de deux, me voilà immobilisée sur une civière dans une ambulance qui m’emmène à toute allure à Wichita à 20 minutes de là.  Charles est dans la cabine avec le conducteur.   Dès mon arrivée au centre de trauma, au moins une dizaine de personnes s’affairent autour de moi!  Le docteur Vasquez, le chirurgien, m’examine rapidement puis vérifie le scan et perplexe, il s’exclame: «Mais elle est où cette hémorragie à l’estomac?»  Je ne suis pas sûre de bien comprendre...Il revient m’examiner et conclut tout simplement que le radiologiste a pris mon dîner (un macaroni sauce tomates!) pour du sang!  Ah! ben! ça alors!  Dois-je en rire ou en pleurer?  Vous dire mon soulagement face à cette nouvelle...Je n’ai qu’une bonne contusion à l’abdomen.  Mais il reste le genou.  Une lacération assez profonde qui demande l’intervention de l’orthopédiste.  Celui-ci injecte une solution dans mon genou pour vérifier qu’il n’y ait pas d’atteinte à la capsule de l’articulation elle-même et...je ne me souviens pas de la suite car j’ai sombré dans un profond sommeil, droguée par tous les médicaments qu’on m’a injecté!»


Clic sur image pour voir album
«J’ai su le lendemain que mon genou était en bon état et on me l’a tout simplement recousu.  J’ai eu congé de l’hôpital en soirée et c’est Meg, notre hôte de Newton qui est venu nous chercher à Wichita pour nous emmener dans la maison d’un couple d’amis absent pour plusieurs jours.  Nous voilà donc installés gracieusement aussi longtemps que cela prendra pour me rétablir.  Ouf!  Quelle mésaventure, mais dans mon malheur, je suis drôlement chanceuse car aucune atteinte majeure.  Le chirurgien m’a dit que je devrais être sur pied d’ici 2 semaines...en fait que je pourrais reprendre mon vélo dans 2 semaines.  D’ici là, repos complet...»

Charles raconte:
«La journée avait bien commencée. 62 kilomètres parcourus par temps frais sur une belle route de campagne avant 11 heure du matin. Nous n’arriverions pas trop tard à Madison (this hidden jewel of Kansas). Je savais que l’après midi allait se dérouler sur une route de gravier et sur les premiers kilomètres, la surface de roulement est assez bonne. Mais voila que dans les montées et les descentes le gravier devient plus abondant et plus instable. Denise n’aime pas ça. Elle n’a jamais aimé rouler dans la garnotte car elle a de la difficulté à maitriser son vélo. Peu après, dans une descente où la surface est vraiment mauvaise et instable, je dois me concentrer pour garder mon vélo en trajectoire et je me dis que Denise va avoir de la difficulté dans ce passage. À ce moment, je regarde dans mon rétroviseur et je vois Denise perdre le contrôle et chuter. Je freine dans ma descente tellement sèchement que mon pneu arrière éclate et j’entends Denise crier et pleurer de douleur...ciel, pourvu qu’elle n’ait rien de cassé!»

«Sitôt mon vélo immobilisé, je remonte la pente en courant...à mesure que j’approche, je constate que Denise saigne de partout...merde, on est tout seul sur cette route maudite!  J’arrive auprès d’elle et je vois l’os de sa rotule au fond d’une plaie béante...y a du sang partout...sur les bras couverts de lacérations, sur les cuisses...sur l’abdomen...j’ai la chienne!  Denise se tord de douleur et me demande d’arroser ses plaies pour les nettoyer du sable et de la poussière. Je n’ai même pas le temps de me demander comment nous allons sortir d’ici que deux camionnettes arrivent en même temps à notre hauteur et les occupants viennent à notre secours. J’installe Denise dans la camionnette et garroche vélos et sacoches dans la boite du camion et Tommy Runyan (notre bon Samaritain) nous conduit à l’hôpital d’El Dorado...»

«...Dans l’ambulance qui nous transfère d’un hôpital à l’autre, j’ai la gorge serrée. Là c’est devenu très sérieux. Denise a une hémorragie interne et doit être opérée d’urgence. J’ai toute sortes de pensées mais je me dis que tout va bien aller. D’ailleurs, je suis occupé à parler à notre compagnie d’assurance pour les aviser de ce qui se passe. Lorsque le chirurgien s’est mit à chercher la dite hémorragie sur les scans et qu’il a déclaré «but where is it?», Nous avons commencé à respirer un peu mieux. Il n’y avait pas d'hémorragie, que de la sauce à spaghetti et du macaroni!»

Clic sur image pour voir album
«Pendant que Denise souffrait, et aussi pendant qu’elle était sous influence des drogues antidouleur et anxiolytiques qui lui étaient administrés, je recevais des tas de messages suite au «post» que j’avais fait sur notre page Facebook. Des messages d’encouragement ainsi que de généreuses offres d’aide des gens que nous avions rencontrés les jours précédents à Newton. Meg et Clark Baldwin ainsi que James du Newton Bike Shop nous ont offert de l’hébergement pour la durée de la convalescence de Denise. Nous sommes présentement chez Rodney Sutter qui, sans même nous connaitre nous prête sa maison en son absence. C’est tout simplement admirable!»

Le premier hôpital où on nous a emmené avait gardé les vélos pour nous et Clark les a récupéré.  Le vélo de Denise va nécessiter quelques réparations: 2 roues voilées, guidoline à remplacer et autres petite retouches ici et là.  James du Bike Shop va nous aider à tout réparer.  Vraiment, Newton ne voulait pas qu’on la quitte on dirait.  Nous y voilà installés pour au moins 2 semaines.  

À suivre...


Clic on image to see album


Newton, Kansas:
We really enjoyed our stay at Meg and Clark's place, in Newton. This family is just lovely and we had great conversations with them, in addition to great food. The small air-conditioned camper was a very comfortable nest.

Clic on image to see album





We took the time to clean the bikes at Newton Bike Shop, and got to meet James, the dynamic owner. On our last evening, we attended an outdoor concert at Mojo's Coffee Shop. The musicians were Soul Revolution, a group of Wichita: excellent music and nice atmosphere. It was "bike night" and plenty of cyclists were at the rendez-vous. Our conclusion: Newton is a city where all cyclists should stop for sure!

The accident:
Friday, July 19, we left Newton after a fabulous pancakes breakfast at Meg and Clark’s place. We always have a little twinge to leave such a nice place and so nice people...

We are heading to Cassoday, east of Newton, where after a quick lunch, we take a shortcut from the Transamerica Trail: a small gravel road will lead us more directly to Madison, our destination for the day. The first kilometers are going well but slowly, the road becomes more difficult because the gravel is increasingly unstable. Not easy to keep the bike steady on the road ...

Denise says:
Clic on image to see album
"After I skidded up a small hill, I thought:" It will be a long day ... "I realize that the hills are becoming longer and rather steep.  Soon after, in a descent, I feel I’m going too fast...but if I use the brakes, it will be worse...finally, I completely loose control of my bike and I fell!  Ayayaye! It hurts! I gasp, I can see blood all over my legs, and I feel pain in my belly on the left side. I’m panicked. Charles ran beside me and I told him to rinse the wounds as quickly as possible with water. I can see my left knee deeply lacerated, my left arm is bleeding and is badly swollen, It hurts so much,  I'm scared!»


Clic on image to see album
«We were alone on this road for a while but just a few minutes after the accident, two pick-up trucks stop. The drivers help me to get up somehow. One offers to bring us to the nearest hospital.  They install me in the cab while others charge the bicycles and all the luggages in the back of the truck. Eldorado, the nearest town is still about 30 minutes! And there are road works that delay traffic. Let me tell you it was the longest 30 minutes of my life! The pain is intense, especially in the knee, but what worries me the most is the pain in the abdomen and I feel terribly weak.»

«At the hospital, I’m taken care of very quickly and sent almost immediately for Rx and head and abdomen scans. Finally, the nurse gives me some Morphine as a painkiller. They reassure me that there’s no fracture but a few minutes later, the doctor comes back and tells me that the scan of the abdomen showed bleeding in the stomach and it is better to transfer me to a Trauma Center in Wichita since it will require an emergency surgery! I’m in shock....I fear for my life! The nurse in me knows that this is very serious!»

Clic on image to see album
«Very quickly, I am immobilized on a stretcher in an ambulance that takes me at full speed in Wichita, 20 minutes away. Charles is in the cab with the driver. The ambulance technician tries to reassure me as every 5 minutes I'm asking if my blood pressure is ok.  Immediately upon my arrival at the trauma center, at least a dozen people are working around me! Dr. Vasquez, the surgeon examines me and then look at the scan. Perplexed, he exclaims: "But where is the bleeding in this stomach?" I'm not sure I understand ...He examines me again and since there’s no pain at all when he presses on my stomach, he simply concludes that the radiologist took my lunch (a macaroni tomato sauce!) for blood!  Should I laugh or cry?   I’m so relieved hearing that.  I will have a big bruise on my belly, that’s all!»

«But there’s still my left knee where a fairly deep laceration requires the intervention of the orthopedist. He injects a solution in my knee to check that there is no damage to the joint capsule itself and ... I do not remember more because I sank into a deep sleep, drugged by all the painkiller injections!»

Clic on image to see album
«I was told about the result the next day: my knee is in good condition and they just had to put stitches on it.  I was discharged from the hospital in the evening and Meg, our host from Newton picked us up in Wichita to take us in the house of a couple of friends away for several days. So here we are graciously installed as long as it takes me to recover. I’m relieved. What misadventure, but in my misfortune, I'm awfully lucky because no major damage. The surgeon told me that I should be ok in two weeks ... in fact I could hop on my bike in 2 weeks. In the meantime, complete rest ...»

Charles tells:
"The day had started well. 62 kilometers in a cool weather on a beautiful country road before 11am. We would not arrive too late in Madison (this hidden jewel of Kansas). I knew that the afternoon would unfold on a gravel road and on the first kilometers, the riding surface is pretty good. But, shortly further in ascents and descents the gravel becomes more abundant and more unstable. Denise does not like it. She has never enjoyed riding on gravel because she has difficulty to control her bike. Shortly after, in a descent where the surface is really bad and unstable, I must concentrate to keep my bike in trajectory and I tell myself that Denise will have difficulty in this passage. At this time, I look in my rearview mirror and I see Denise lose control and fall. I brake in my descent so strongly that my rear tire bursts and I hear Denise screaming and crying in pain ... My God, I hope she has nothing broken! »

"As soon my bike immobilized, I run back up the slope ... as I approach, I see that Denise bleeds from everywhere ... shit! we are all alone on this cursed road! I arrive beside her and I see the bone of her patella at the bottom of a gaping wound ... there is blood everywhere ... on the arms covered with lacerations, on the thighs ... on the abdomen ... I am worried! Denise writhes in pain and asks me to pour water on her wounds to clean them from sand and dust. I do not even have time to ask myself how we will get out of here that two vans arrive simultaneously to our height and occupants come to our rescue. I install Denise in the van and throw bikes and panniers in the box of the truck and Tommy Runyan (our good Samaritan) drives us to the El Dorado hospital ... »

"... In the ambulance transfering us from one hospital to another, I am anxious. This suddenly became very serious. Denise has an internal hemorrhage and must be operated at once. I have all kind of thoughts but I tell myself that all will be fine. Besides, I am busy talking to our insurance company to advise them of what's happening. When the surgeon began searching the hemorrage on the scans and could not find it and declared "But where is it?», we started to breathe a little better. There was no hemorrhage, but spaghetti sauce and macaroni! »

Clic on image to see album
"While Denise suffered, and also while she was under influence of painkillers drugs and anxiolytics, I received heaps of messages following the "post" that I had done on our Facebook page. Messages of encouragement as well as generous offers of help from  people that we had met the previous days in Newton. Meg and Clark Baldwin as well as James of Newton Bike Shop have offered us accommodations for the duration of the convalescence of Denise. We are presently at Rodney Sutter which, without even knowing us opened us his house in his absence. This is simply admirable! »

The first hospital we were taken in had kept the bikes for us and Clark just brought them back.  My bike will require some repairs: 2 wheels untrued, guidoline to replace and other little touches here and there. James from the Newton Bike Shop will help us to fix everything. Really, Newton did not want to let us go...We are settled here for at least two weeks.

To be continued ...



17 juillet 2013

Leoti à Newton

Clic ici pour voir album

Lors de notre 2e soirée à Leoti, un violent orage s’abat sur la ville.  Nous sommes bien contents d’avoir un toit au dessus de la tête!  Finalement, nous décidons de prolonger notre séjour dans la maison de Sarah et Jason.  Les jambes en ont besoin, je pense, et l’air climatisé est une vraie bénédiction dans la chaleur torride qui règne au Kansas en juillet.   Nous profitons donc de tous les endroits climatisés en ville comme la Public Library où nous avons accès à internet, l’épicerie pour le ravitaillement, et pour nous cultiver un peu, nous visitons le musée des Grandes Plaines!  Une dame fort sympathique nous y accueille et comme nous sommes les seuls visiteurs (pas grand monde dans ce coin perdu), elle est ravie de nous raconter mille anecdotes sur la ville et son histoire.  
Clic ici pour voir album

Le lendemain, bien reposés, nous revoilà sur la route presqu’à l’aurore.  Ça roule bien dans l’air moins chaud du matin...mais vers 9 hres, la chaleur reprend de plus belle.  De chaque côté de la route, d’immenses champs à perte de vue, seulement ponctués ici et là d’énormes silos et de petits puits de pétrole.   

Lors d’un arrêt photo, nous amenons les vélos aux abords d’un champ: pas de chance, Charles a une crevaison!  En examinant le pneu, nous découvrons des épines plantées un peu partout, et nous constatons que nos deux vélos ont ramassés des dizaines de ces petites pointes très acérées! Ça nous prend 45 minutes à tout enlever avec les pinces.  Nous apprendrons par la suite qu’il s’agit de «goat head» et qu’il vaut mieux rester sur le bitume car cette plante sévit partout au Kansas.  On se le tient pour dit.

Clic ici pour voir album
Arrivés à Dighton, notre destination de la journée, nous allons à la Public Library pour profiter de l’air climatisé. On nous dit qu’il vaut mieux aviser le shérif que nous camperons dans le parc municipal.  Ainsi, si jamais une tornade s’annonçait, on viendrait nous y chercher et nous mettre à l’abri.  Rassurant, n’est-ce pas?  Fin d’après-midi, c’est à la piscine que nous allons relaxer et nous doucher, encore une fois gratuitement!  Il y a une exposition de véhicules anciens en ville et vers 19h, nous avons droit à une parade bruyante sur la Main:  vieilles autos, motos, tracteurs, chevaux, voitures de pompiers, ambulances et même des tracteurs à gazon, ça pétarade et klaxonne à qui mieux mieux et les sirènes en rajoutent!  Ils aiment bien le bruit, les Américains...

Clic ici pour voir album
Heureusement, le calme revient en soirée et nous installons la tente près d’un petit gazebo dans le grand parc municipal.  Mais difficile de s’endormir à cause de la chaleur et pas un souffle de vent pour nous rafraichir.  Peu avant minuit nous finissons par glisser dans le sommeil, épuisés...pour nous réveiller brutalement 30 minutes plus tard!  La tente est fouettée de toutes parts par...LES «SPRINKLERS» D’ARROSAGE!!!!  Ça alors!  Nous avions pourtant minutieusement examiné le terrain avant de nous installer sans en détecter un seul.  Ils sont vraiment bien cachés.  Et l’arrosage dure jusqu’à 2 hres du matin!   Points positifs: cela rafraichit l’air quelque peu...et nous voilà certain que notre tente est VRAIMENT imperméable!  


Clic ici pour voir album
Le réveil sonne quand même à 5 hres, et un peu hébétés, nous décidons d’aller déjeuner au petit «Convenience Store» pour sauver du temps...Pas de chance!  Je découvre une crevaison sur mon pneu arrière!!!  Une de ces MAUDITES épines nous a échappé.  Nous en serons quitte pour une petite demi-heure de retard sur l’horaire prévu et nous aurons à souffrir de la chaleur un peu plus longtemps.  Ce jour-là, nous croisons plusieurs cyclistes qui vont vers l’ouest.  Toujours sympa de s’arrêter quelques minutes et d’échanger sur nos aventures, de partager nos bonnes informations sur la route, le ravitaillement, l’hébergement, etc.  Aujourd’hui, nous rencontrons trois Américains, un couple d’Anglais, un Irlandais et finalement, un couple du Portugal.  Tous suivent plus ou moins comme nous ce qu’on appelle la TransAmerica Trail dessinée par Adventure Cycling Association.  

Clic ici pour voir album
Vers 15 hres, nous arrivons à LaCrosse, une toute petite ville, où il y a un musée bien particulier: le musée du barbelé!  Eh! oui!  ça a été inventé au Kansas.  Un des gars du coin  en a eu l’idée pour mettre fin aux querelles de territoire.  Pas bête... 

Cette fois, pas question de camper même si le parc semble invitant. Il fait 106 degrés F (41 C)!  Nous avons besoin d’une nuit de sommeil au frais.  Une vieille dame au parc nous dit que les églises peuvent parfois nous accueillir.  Tiens, tiens!  Un pasteur rencontré à Dighton nous a dit la même chose.  Allons voir!  À la First Christian Church, personne.  Zut!  Mais de l’autre côté de la rue, il y a le bureau du shérif.  Quand nous faisons par de notre requête à la «dispatcher», elle appelle le pasteur elle-même et celui-ci vient nous rejoindre au poste de police.  Il nous dit que son église ne peut pas nous recevoir «parce qu’il ne nous connait pas»...il ajoute cependant qu’il peut nous «placer» à l’hôtel. Pas trop sûre de bien comprendre, je mentionne que nous voyageons à petit budget.  Le voilà qui réplique: «Pas de problème, notre église a un fond spécial pour payer la chambre»!  Sitôt dit, sitôt fait.  Abasourdis, nous nous retrouvons dans une petite chambre de motel, tout à fait correcte, à L’AIR CLIMATISÉ!   Un peu gênés, bien entendu, on n’en demandait pas temps, mais il nous fallait vraiment une bonne nuit.  La Providence a dû nous entendre...

Clic ici pour voir album
Bien reposés, heureusement, nous affrontons des vents de 30 à 40 km/hre le lendemain!  Et le Kansas commence à se vallonner quelque peu.  Le ciel est menaçant et nous aurons même droit à quelques gouttes de pluie en après-midi.  Arrivés à Larned, notre destination du jour, nous partons nous ravitailler à l’épicerie de la ville.  Au moment où nous rangeons les provisions dans les sacoches, une dame s’approche et s’informe de notre périple.  Elle nous demande si elle peut prier avec nous pour que nous ayons un «safe trip»...Eh! bien! pourquoi pas? Elle appelle ses 3 enfants, des ados, et nous voilà en cercle, se tenant par la main. Elle fait une longue prière où elle demande au Seigneur de veiller à notre sécurité et le remercie de nous avoir mis sur sa route, à elle et sa famille, pour l’exemple de détermination que nous leur donnons!!!  Tout ça devant l’épicerie, et les gens qui vont et viennent dans le stationnement regardent la scène au passage, sans sembler s’étonner outre-mesure.  Après tout, nous sommes dans la partie des États-Unis surnommée le «Bible Belt».

Clic ici pour voir album
Au Kansas, même dans de très petites villes, il y a plusieurs églises différentes.  Nous avons la surprise d’apprendre qu’à Hutchinson, une église offre un «hostel» gratuit pour cyclistes de passage, aménagé à même leur sous-sol, avec douche, salle de bain, cuisine complète et télévision!  Parfait pour notre halte ce soir-là, puisqu’en plus de faire chaud, il pleut!  Nous y ferons la rencontre de Garrett, un jeune homme extrêmement sympathique, avec qui nous passerons de bons moments.  Il traverse le pays vers l’ouest, à toute allure, lui aussi, comme tant d’autres jeunes de son âge.  Vive la retraite où l’on peut prendre tout son temps...
Le lendemain, nous rejoignons Newton, Kansas, où nous attendent Meg et Clark, nos hôtes Warmshower.  Nous nous installons dans une tente roulotte climatisée (yessss!), juste à côté de leur maison.  La famille est charmante et nous avons droit à un délicieux souper.  On se sent tout de suite comme chez nous!

De plus, en ville, tout près, il y a un Bike Shop vraiment «cool»!  On peut y être
Clic ici pour voir album
hébergés gratuitement, y faire son lavage, naviguer sur internet et surtout, le proprio met l’atelier et les outils à notre disposition pour nettoyer, réparer ou mettre au point les bécanes.  Après plus de 5 000 km, nos Surly mérite d’être bichonnés un peu. Nous prendrons donc congé ici quelques jours, histoire aussi de se refaire des forces (le vent de face, c’est dur pour les cuisses!), avant de poursuivre la route vers l’est, encore au Kansas pour quelques jours.  Les paysages deviennent peut-être ennuyants quelque peu, mais la vie sur la route et les multiples rencontres que nous faisons sont loin d’être banales!


À suivre...

10 juillet 2013

Salida à Leoti


Clic sur image pour voir album
Fête Nationale
Dès notre arrivée à Salida, nous avons été séduits par cette jolie ville du Colorado, entourée de montagnes.  Presque tout le centre ville a été revitalisé, les bâtiments restaurés et on voit tout de suite le caractère pittoresque de l’endroit.  La rivière Arkansas coule en plein coeur de la ville.  On y a aménagé une belle promenade le long  de ses berges avec cafés et restos. La rivière a de petits rapides dans lesquels on donne des cours de kayaking.  On peut aussi s’y baigner un peu partout. Disons que l’endroit est très populaire en cette chaude journée de juillet.

Le 4 juillet étant justement la journée de la fête nationale américaine, il y a de multiples activités au parc près de la rivière, avant la parade à 16 hres.  Pas besoin de vous rappeler que les Américains sont de fervents patriotes.  Beaucoup arborent fièrement les couleurs du drapeau, soit le bleu, blanc et rouge.  D’ailleurs des drapeaux, il y en a partout!  Il fait bon paresser à écouter un musicien de rue ici, à manger sur une terrasse là, puis assister à la parade avant d’écouter un concert dans le parc...Quelle agréable jour de congé!
J’oubliais: pas de feux d’artifice cependant, car le danger de feu est au maximum.  Justement, il y a environ 2 semaines tout le secteur du parc de la Royal Gorge près de Canon City a brûlé.  Et nous qui voulions aller voir ce fameux pont suspendu «qui serait le plus long au monde»!  Tout est fermé jusqu’à nouvel ordre.  Tant pis!

Clic sur image pour voir album



Moins de beaux paysages mais du bien bon monde.
La route de Salida à Canon City se faufile le long de la rivière Arkansas dans un canyon qui nous offre encore de beaux points de vue.  Nous continuons notre lente descente vers les plaines donc les journées nous paraissent moins difficiles...si ce n’était de la chaleur qui persiste.  Plus nous sommes à basse altitude, plus il fait chaud!  

À Canon City, alors que nous prenons une pause au parc avant de trouver un camping, une famille vient nous jaser: avec leurs 2 enfants,  ils font chaque année un segment de la route du nord de la traversée des USA à vélo.  Amusants de constater que les deux ados ne sont pas aussi enthousiastes que leurs parents, mais ils avouent «aimer quand même ça un peu puisqu’ils sont toute la famille ensemble»...Les parents s’assurent que nous n’avons besoin de rien et nous donnent quelques conseils sur notre route du lendemain. 

Nous trouvons un RV Park où planter la tente, mais la nuit sera bruyante étant donné les 2 routes qui se croisent près du camping...Ce soir-là, nous voyons arriver une  jeune cycliste qui voyage avec son enfant de 3 ans!  Partie de Californie, elle se promène un peu partout au Colorado pour le moment, en attendant que son mari vienne la rejoindre.  Toute seule avec un enfant, à vélo, faut le faire!  

Clic sur image pour voir album
Nous décidons de commencer nos journées le plus tôt possible afin d’éviter les grosses chaleurs de l’après-midi.  C’est donc à 6 hres que nous prenons la route vers Pueblo, le lendemain.  Rien de bien spécial côté paysage, c’est le calme plat, disons...Nous arrivons à destination vers midi sous une chaleur accablante.  Heureusement, notre hôte Warmshower, Richard, est prêt à nous recevoir et son petit appartement est climatisé.  De plus, il a déjà appris le français et il est bien content de le pratiquer un peu avec nous.

Clic sur image pour voir album


Richard est un cycliste enthousiaste qui rêve de partir en voyage à vélo.  Il veut faire un bout de chemin avec nous le lendemain.  Super généreux, il a accepté de recevoir 2 autres cyclistes ce soir-là.  C’est donc un peu dans le style auberge de jeunesse que nous nous installons tous les 4 dans le salon.  Heureusement, personne ne ronfle dans le groupe!  Nos deux jeunes compagnons sont de jeunes étudiants qui traversent le pays à toute allure pour ramasser des fonds pour une cure contre la leucémie.  Ils roulent des distances incroyables (206 km ce jour-là!!!) et pas sûr qu’ils vont refaire du vélo après ça...ils semblent avoir hâte que ça soit fini!  Disons que je préfère de beaucoup notre rythme de voyage au leur...

Clic sur image pour voir album
Vers 6 h15 le lendemain, nous voilà sur la route avec Richard.  Il fait un temps idéal: ciel légèrement voilé, temps juste un peu frais, pas un souffle de vent, peu de circulation, étant donné que c’est dimanche.  Dans le temps de le dire, nous sommes à Boone où Richard doit faire demi-tour.  Ce fut des plus agréable de rouler en sa compagnie.  Salut à toi Richard et merci encore pour ta généreuse hospitalité!

Nous voilà maintenant à Ordway où c’est chez Gillian que nous serons hébergés.  Sur sa petite fermette, elle a aménagé 2 vieilles roulottes pour recevoir des cyclistes de passage.  Ce soir-là, nous serons de nouveau plusieurs à bénéficier de son hospitalité: un jeune couple du Vermont qui en est à sa première expérience du genre et un jeune cycliste qui traverse lui aussi le pays à toute allure et qui semble épuisé!  Gillian a déjà voyagé à vélo et par pure générosité, elle offre un toit aux cyclistes de
Clic sur image pour voir album
passage.  Elle vit seule sur sa fermette et travaille dur à tout reconstruire car il y a 5 ans, un énorme feu a tout ravagé le secteur et elle y avait tout perdu.  En échange du gîte, elle nous demande 15 minutes de travail sur la fermette: nous l’aidons donc dans le réaménagement de son jardin.  Elle a 4 chevaux, 2 chèvres, 4 chiens, des poules et des coqs de toutes les couleurs, des oies, des chats et j’en passe!   Ce soir-là, le temps est menaçant...Gillian nous parle des inquiétudes des gens du coin.  Depuis le début de l’année il n’est tombé que 2 pouces de pluie alors qu’il aurait dû en tomber 7 pouces.  Tout le monde est inquiet pour l’avenir car plus rien ne pousse dans cette terre desséchée.  Finalement, l’orage ne fait que passer au loin et le calme revient pour la nuit.


Clic sur image pour voir album
Au matin, nous reprenons encore une fois la route à 6 hres et atteignons Eads vers 11 hres.  La chaleur est écrasante!  Alors que nous prenons le «Gatorade» devant le petit marché, une dame vient nous voir pour nous offrir de l’aide.  Elle fait partie de la Sécurité publique et elle veut s’assurer que tout va bien pour nous.  Nous pouvons camper dans le petit parc près du «Courthouse» mais d’ici là, elle nous suggère d’aller à la piscine publique et de profiter de la  Public Library «où il y a le meilleur air climatisé en ville»!   À la piscine, les sauveteurs semblaient nous attendre et ils gardent un oeil sur nos vélos pendant que nous nous douchons.  Nous passons le reste de l’après-midi à la Public Library, et en soirée, nous installons la tente tranquillement dans le petit parc ombragé sans être le moindrement inquiétés au contraire, tout le monde nous salue gentiment.  

Clic sur image pour voir album
Réveillés par le chant des oiseaux peu avant 5 hres, nous revoilà en selle pour quitter le Colorado. Nous arrêtons luncher dans un pub à Tribune, la première petite ville du Kansas.  À notre plus grande surprise, quand nous demandons la facture, la serveuse nous dit que quelqu’un qui nous a vu entrer a absolument voulu payer notre lunch!!!  Et il est déjà parti, donc nous ne pouvons le remercier de vive voix.  La serveuse nous promet de lui faire part de nos remerciements.  Bienvenue au Kansas!

À notre arrivée à Léoti, notre étape de la journée, il fait 104 degrés F.  Nous partons à
Clic sur image pour voir album
la recherche de la maison de Sarah et Jason, nos hôtes Warmshower.  Ils sont tous les deux camionneurs et travaillent en équipe sur leur propre camion.  Justement, ils partent pour deux semaines sur la route.  En pleine rénovation, ils nous reçoivent quand même et nous prendrons ici une journée de congé bien méritée (à l’air climatisé!) avant de poursuivre la traversée des grandes plaines du Kansas.  


À suivre...

4 juillet 2013

De Moab à Salida

Clic ici pour voir album
Encore de la chaleur...et du vent!
Après 2 jours de repos complet, nous revoilà en selle pour d’autres aventures.  La route 128 remonte vers le nord-est tout en suivant le fleuve Colorado.  Sur la gauche, nous apercevons les falaises rouges du parc Arches pendant un long moment alors qu’à droite se profilent des mesas au loin. 

La chaleur reste intense: quel pays!  Comme il n’y a pas grand-chose sur cette route, ce soir-là, nous campons sauvage sur le bord du Colorado.  Pour nous approvisionner en eau, Charles filtre l’eau de la rivière: tout un travail!  On souhaite bien que notre usine de filtration portative soit efficace car l’eau n’est pas très claire...on le saura bien assez vite...

Clic ici pour voir album
Après une nuit calme, nous revoilà en route pour tenter de rejoindre la civilisation.  En effet, rien, mais rien du tout sur cette longue route!  Paysage morne, quelques ruines de bâtiments ici et là, ciel légèrement voilé par la poussière...nous rejoignons finalement l’Interstate 70 qui doit nous amener au Colorado, à Grand Junction.  Les kilomètres s’accumulent malgré le vent de face qui nous oblige à fournir un effort supplémentaire.




Précieuse eau!
Clic ici pour voir album
Cependant, notre provision d’eau s’amenuise et à chaque sortie d’autoroute un grand panneau indique le nom d’un lieu quelconque mais précise bien: «No services».  Quand finalement nous arrivons à Mack au Colorado, le peu d’eau qui nous reste est chaude!  Enfin, cette fois, pas d’indication de «no services» donc tous les espoirs sont permis.  Quelle déception quand nous entrons dans le village, presque fantôme.  Plusieurs bâtiments sont placardés, même le Liquor Store est fermé.  Découragés et terriblement assoiffés, nous apercevons le Post Office et la dame revient justement de son heure de lunch.  Quand je lui demande où acheter des «cold drinks» elle me répond: «À Loma, à environ 3 milles»!  Nos mines déconfites ont dû lui inspirer la pitié car elle nous offre 2 grands verres d’eau glaçée: satisfaction totale!!!  Elle finit par nous offrir de remplir nos gourdes pour notre plus grand bonheur.  Il était temps.  Abattus par la chaleur, nous prenons le temps de luncher à l’ombre de l’entrée du bureau de poste: on finit même par y faire une petite sieste allongés sur le ciment!  

Revigorés quelque peu par ce lunch-sieste, nous rejoignons finalement Loma environ 5 kilomètres plus loin.  Cette fois, il y a bel et bien un «convenience store» et le Gatorade est en spécial!  Yessss!  Ça nous ravigote complètement!  Nous y rencontrons un jeune couple de cyclotouristes très originaux: ils sont sur la route depuis presque un an, sur de vieux vélos rafistolés.  Originaires de Californie, ils ont décidé de tout plaquer et de faire le tour de leur pays.  Munis chacun d’un magnifique chapeau de paille, ils ne passent pas inaperçus.  Sympathique rencontre! 

Nous terminons finalement la journée à Fruita, au State Park de l’endroit, un très beau camping, bien calme.  Et il y a de la belle eau fraîche à profusion!!!  


Clic ici pour voir album
On va en avoir besoin car le vent reste de face pour les 2 journées suivantes!  Rien de bien intéressant pour le moment côté paysage: après les merveilles de l’Utah, va falloir beaucoup pour nous impressionner.  C’est finalement dans les Rocheuses que nous retrouverons de grandioses panoramas, mais c’est au prix de montées ardues.  Les jambes sont bonnes heureusement et en 2 jours, nous rejoignons le Curecanti National Recreation Area, sur le bord du Blue Mesa Reservoir, après avoir franchi 3 passes de montagnes.  Nous y retrouvons aussi des températures beaucoup plus proches de ce que l’on connait au Québec avec des matins légèrement frisquets et de belles journées à la chaleur tout à fait supportable.  On est presque excités de voir les premiers nuages depuis plus de 2 mois!  Au loin, il y a même des orages qui grondent, peut-être aurons-nous de la pluie...?  Mais non, ça finit par passer à côté de notre campement mais non sans laisser apparaitre un magnifique arc-en-ciel.

Clic sur image pour voir album
Au matin, nous continuons la route le long du Blue Mesa Reservoir.  Nous traversons Gunnison, petite ville sympathique et, encouragés par le vent arrière nous décidons de rejoindre Sargents, juste au pied de la passe de Monarch.  Un joli camping avec tipis et restaurant sympathique nous y attend.  Nous y rencontrons 3 autres cyclistes qui vont grimper la passe de Monarch eux aussi!  En gang, ça devrait être plus facile...Joanne et John sont approximativement du même âge que nous et ils font le tour des États-Unis.  Ils n’en sont pas à leur premier voyage et leur passion est contagieuse.  Quant à Peter, originaire de Washington, il fait le tour du Colorado!  

Clic sur image pour voir album
Le lendemain, nous attaquons donc la longue montée de 14 km.  Lentement mais sûrement, nous parvenons tous au sommet à peu près en même temps!  Ça se fête!  Nous lunchons au resto du sommet puis il faut bien faire la petite séance photo, histoire d’immortaliser le moment, avant de nous laisser aller dans la fabuleuse descente.   Presque pas de coup de pédale pour les 40 derniers kilomètres: c’est ça la récompense!  Joanne, John et Peter bifurquent vers le nord alors que nous continuons à l’est jusqu’à Salida, une charmante petite ville entourée de montagnes, où nous attend Karen, une hôte Warmshower.  Nous y passerons une bien agréable soirée et la nuit sur la véranda, au son de la rivière Arkansas, sera des plus calme.  Comme Karen ne peut nous héberger plus d’une nuit, nous décidons de prendre un motel pour un repos bien mérité.  Les montagnes, ça fait la vie dure aux genoux des cyclistes, que voulez-vous...

 Prochaine étape: descente progressive vers les plaines du Kansas.  À suivre...